Passy demande la relocalisation de l’aire de régulation

Passy a sollicité la relocalisation de l’aire de régulation des poids lourds de l’Abbaye, auprès de Philippe Redoulez, directeur général de l’ATMB et de Grégory Schwarshaupt, directeur français du GEIE (Groupement européen d’intérêt économique). Cette démarche implique le rôle prépondérant de l’État. Le député de la 6e circonscription Xavier Roseren, soutient cette initiative.
Il était logique de solliciter l’ATMB à ce sujet, même si c’est le Comité de sécurité franco-italien qui gère cette question et qui proposera des orientations à la Commission intergouvernementale, la CIG, composée de représentants des gouvernements français et italien. Raphaël Castéra, Maire de Passy et Vice-Président de la Communauté de communes Pays du Mont-Blanc, est réaliste : « Je suis conscient que ce dossier prendra du temps, du fait du mode de décision entre la France et l’Italie. Mais je suis convaincu que la position favorable à cette relocalisation du Président de la République française exprimée en février 2020, constitue un argument de poids.»
Depuis 2012, Raphaël Castéra et plusieurs colistiers défendent ce déplacement à l’occasion de différents engagements électoraux. En cette première année, dans un courrier adressé  à Thierry Repentin, président de l’ATMB le 8 février dernier, ils ont mis en avant que cette relocalisation s’inscrivait parfaitement dans le cadre du Plan de protection de l’atmosphère 2 (PPA2) de la vallée de l’Arve et du Plan climat air énergie territorial (PCAET) du Pays du Mont-Blanc. Elle constitue également un enjeu incontournable de l’étude de faisabilité d’une Zone à faible émission mobilité (ZFEM) de la vallée de l’Arve.
Les élus de Passy souhaitent la relocalisation de cette aire dans un secteur de plaine, qui générerait moins de pollution atmosphérique lors du redémarrage des poids lourds, surtout si elle bénéficie d’une aérologie plus favorable. En effet, certains transporteurs affirment que leur consommation de carburant peut doubler, lorsqu’ils empruntent la montée du viaduc des Egratz, « à froid ». Il est évident que cela contribue aux émissions de polluants, notamment des dioxydes d’azote et des particules fines dégradant la qualité de l’air. L’enclavement d’une partie de la commune de Passy en fond de vallée concentre les différents polluants

En 1 clic