Télésiège de Plaine-Joux - Enquête publique

telesiege.jpg

Deux ans après son élection, l’équipe de Raphaël Castéra est sur le point de concrétiser l’un de ses projets les plus ambitieux : le remplacement des téléskis de Barmus et du Tour par un télésiège à pinces fixes de 4 places,  à Plaine-Joux.  Le dossier technique est désormais ficelé : finalisation d’une étude d’impact environnemental et prise en compte de ses préconisations, définition du tracé, intégration de l’ensemble des contraintes techniques et environnementales, planning de réalisation, choix des entreprises… En parallèle, la procédure administrative, complexe car elle nécessite de solliciter plusieurs organismes d’Etat en raison de la présence d’espèces protégées et du site classé de Plaine-Joux, suit son cours. L’une des étapes la plus importante est l’enquête publique environnementale, qui se déroulera du vendredi 22 juillet au lundi 22 août 2022 inclus. L’occasion pour chacun de s’exprimer, soit sur un registre dématérialisé, soit par mail.
La mise en service du télésiège est prévue pour décembre 2023. Un décalage par rapport à ce qui avait été annoncé initialement (décembre 2022) car la conservation d’espèces protégées a été jugée prioritaire par la municipalité de Passy. Un ilot de sénescence*  de 2 ha sera créé,  les habitats de reproduction de deux espèces de papillons protégées seront réhabilités, avec une augmentation de la surface de 200% par rapport à la réglementation et les équipements liés à la station situés dans le périmètre de la réserve naturelle, seront supprimés.

Les mesures prises sont consécutives à l’étude d’impact environnemental, réalisée sur 12 mois par un bureau d’études indépendant, Karum. Plusieurs espèces protégées ont été identifiées dans le cadre de cet inventaire :
- la Buxbaumie verte, mousse qui ne dépasse pas 7 à 8 mm de haut et qui pousse dans les sapinières fraîches, très courante    
- des oiseaux, des papillons (Apollon et Azuré du Serpolet), l’écureuil roux, le lézard des murailles, le triton alpestre ainsi que la grenouille rousse

D’autres mesures environnementales seront prises avant, pendant et après le chantier : évitement des secteurs fragiles, adaptation du calendrier des travaux en fonction des périodes sensibles pour  la faune, végétalisation des surfaces terrassées... Ces mesures ont été chiffrées à 100000€, sans compter celles intégrées dans le coût du chantier.
Pour justifier cette construction, la municipalité a présenté d’autres « raisons impératives d’intérêt public majeur », dans le cadre de la procédure administrative. Les téléskis de Barmus et du Tour datent respectivement de 1969 et 1981. Ils posent des problèmes de sécurité.

Ensuite, ce télésiège participe à la diversification estivale, car il permettra de développer une offre pour les familles (VTT,  via ferrata, sentier pédagogique…) et il s’inscrit dans le cadre des investissements réalisés les années précédentes. Le sommet des pistes sera désormais accessible à tous, aux débutants l’hiver comme aux personnes âgées ou à mobilité réduite, l’été.
Ce télésiège sera accessible directement depuis le parking.  Il comprendra 11 pylônes (contre 25 pour les téleskis), sera doté d’un tapis d’embarquement et aura un débit de 1500 à 1800 personnes par heure. Les travaux se dérouleront en plusieurs phases : défrichement, terrassement,  montage des pylônes et des gares, déroulage du câble puis démontage des deux téléskis obsolètes.  
Cet équipement est évalué à 4 200 000 € TTC et sera subventionné pour moitié par le département de la Haute-Savoie.

Plus d’infos sur l’enquête publique sur la page dédiée
Pour participer à l’enquête publique, exprimez votre avis sur enquête dématérialisée  à partir du 22 juillet 2022 ou par email : enquete-publique-4301@registre-dematerialise.fr

* zone volontairement abandonnée à une évolution spontanée de la nature jusqu’à l’effondrement complet des arbres (chablis) et reprise du cycle sylvigénétique

 

3d_poteau10-3.jpg

3d_poteau10-3.jpg, par cdeker

En 1 clic