Restauration de la "Grande Échelle"

grande-echelle.jpg

La restauration de la sculpture « La Grande Échelle », située place Théophile Vallet au plateau d’Assy a été lancée courant mai, avec la mise en place de l’échafaudage et d’une bâche pour la protéger des intempéries. Elle consiste en une succession de tâches très minutieuses, qui permettront de consolider et de rendre de l’éclat à l’œuvre de Charles Semser. Elle constitue également l’aboutissement de plusieurs années de démarches, et la phase concrète de deux études préliminaires, qui ont permis de définir avec précision le protocole de sauvegarde.

Le groupement C2 Claire Brière – Florian Gaget – Hubert Boursier, sélectionné pour cette opération suite à un appel d’offres, va donc supprimer les micro-organismes fixés sur la sculpture, la nettoyer par brossage doux et/ou micro sablage, combler les fractures et les fissures ainsi qu’effectuer la « remise en couleur » avec des colorants proches de ceux de 1973. Claire Brière est diplômée de l’Institut national du patrimoine. Elle avait réalisé un constat d’état précis de l’œuvre, entre le 18 et 23 juin 2018. Au préalable, le 12 janvier de la même année, un premier diagnostic avait été effectué par le LRMH (Laboratoire de Recherches des Monuments historiques), en la personne d’Elisabeth Marie-Victoire, responsable du pôle béton.

Depuis 1973, cette sculpture en béton armé polychromé est implantée sur la place Théophile Vallet. Cette œuvre est née dans le cadre de la manifestation « Sculpture en montagne – Poème dans l’Espace » dont le concept était de sortir l’art des murs pour aller à la rencontre du public, en donnant la possibilité à de grands artistes contemporains du XXe siècle de créer des œuvres sur site. Elle a été acquise par l’État en 1974 et mise en dépôt à Passy à cette date. La collection de l’État est aujourd’hui gérée par le Centre national des arts plastiques (CNAP), sous le numéro d’inventaire FNAC - 9865.

L’interprétation par l’artiste du thème de l’œuvre ne laisse pas indifférent : elle séduit, désoriente voire choque. Charles Semser a souhaité faire figurer la société occidentale, avec des personnages colorés qui essaient de grimper sur l’échelle noire, symbole du tiers monde, et cherchent à accéder à la puissance et l’argent (représentés par l’homme au sac d’or qui rejette tous les attaquants).

Bien que Charles Semser soit intervenu en 1989 et 2002, l’œuvre s’est fortement dégradée. En effet, le temps et les intempéries ont profondément altéré la sculpture, composée de 125 pièces assemblées sur une structure métallique : pièces cassées, chutes de fragments, corrosion des armatures métalliques, disparition de la polychromie, colonisation biologique…

Cette opération, qui s’élève à 63 072 € TTC, est soutenue par l’État en la personne du Préfet (Direction régionale des affaires culturelles – DRAC -) pour un montant de 23 000 € et par le Département de la Haute-Savoie pour 9 000€.

Le jeudi 27 février, la commune de Passy a lancé un appel aux dons en partenariat avec la Fondation du patrimoine. Cette souscription publique se poursuit jusqu’à la fin des travaux.

Pour faire un don : www.fondation-patrimoine.org/63507
La Fondation du patrimoine fera parvenir à chaque donateur un reçu fiscal

En 1 clic