Optimisation de la piste forestière Chatelard / Col de la Voza

col_forclaz.jpg
plan_1.png

plan_1.png, par cdeker

Initié en 2013 par les communes de Passy, Les Houches et Saint-Gervais-les-Bains, ce projet est mené par la Communauté de communes de la Vallée de Chamonix Mont-Blanc (CCVCMB), en tant que maître d’ouvrage. Il intègre des enjeux forestiers, pastoraux et environnementaux. Le point sur ce dossier qui a pour objectif d’améliorer la gestion forestière du secteur Tête Noire / Prarion / Col de Voza.  

Le seul sujet de la « piste » ne doit pas masquer les véritables enjeux de ce dossier.

Une forêt en bonne santé présente de nombreux avantages : protection des zones habitées, biodiversité, tourisme… Il est nécessaire de la rajeunir. Une forêt régénérée, comprenant tous les stades de croissance, signifie une meilleure absorption du carbone. Sur le plan économique, il faut rappeler que 70% du bois utilisé dans les Alpes vient d’Europe du Nord et de l’Est. Donc, le bois local mérite d’être valorisé. Une bonne gestion de la forêt permet également de lutter efficacement contre les incendies ; pour mémoire, la Haute-Savoie a été placée en vigilance rouge cet été pour la 1ère fois. Enfin, elle permet de faciliter le débardage en cas de catastrophe naturelle : scolytes, tempêtes etc.

Avant de mener à terme ce projet, toutes les procédures environnementales ont été respectées. Elles ont abouti au retrait du secteur de Tête Noire, conformément aux recommandations de l’étude d’impact. Un avis favorable a été donné par la Commission Départementale de la Nature des Sites et des Paysages (CDNPS) et par le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel (CSRPN). Une autorisation de travaux en site classé a été accordée, avec dérogation pour les espèces protégées de la faune et de la flore. Enfin, les préconisations de l’Agence Régionale de Santé (ARS) pour le périmètre des captages d’eau ont été respectées.

Cette piste forestière utilise le tracé déjà existant, du Châtelard à Montcoutant, mis au gabarit nécessaire pour faciliter le passage des grumiers. À ces 8,6 km, s’ajouteront deux nouveaux tronçons, entre Montcoutant et Manchoir (3,7 km) et Plancert (1,4 km), soit 13,6 km au total. Le revêtement sur moins de 25 % du tracé, utilise du liant hydraulique à base de chaux, matière minérale naturelle connue depuis l’antiquité. Il sera utilisé en fonction de la nature des sols et pour éviter l’apport de matériaux extérieurs.

Environ 600 ha supplémentaires par rapport à la surface initiale, répartis sur les trois communes, seront exploités. Cette forêt est composée à 60 % épicéa, 30 % de sapins et 10 % de feuillus. La gestion s’effectuera en futaies irrégulières par petites trouées, c’est-à-dire que les coupes n’excèdent jamais 30 % de la « population » d’une parcelle. Les arbres remarquables (habitats pour la faune) sont conservés. 33 % de l’exploitation sera réalisée via 24 lignes de câbles. Cette exploitation ne durera que 2 mois par an, en dehors de la période de reproduction des espèces. Elle ne concerne que 50 000 m3 sur 20 ans, l’équivalent de 50 camions grumiers maximum par an. C’est une opportunité pour les petits propriétaires forestiers de gérer leurs forêts.

La commune de Passy a enrichi ce dossier, en exprimant plusieurs demandes. Elle a souhaité l’ajout de critères environnementaux et sociaux pour l’appel d’offre ainsi que la réalisation du bilan carbone des aménagements et de l’exploitation de la forêt. Elle a également proposé des contrats d’approvisionnement pour impliquer les exploitants forestiers. Enfin, elle a appelé à la vigilance par rapport à l’intérêt historique du Col de la Forclaz (site de la borne romaine).

Cette opération s’élève à 1 422 858 € ht, financés à 80 % par le Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER). Le solde est pris en charge par les communes, avec clé de répartition en fonction des surfaces exploitées (42 % Passy).

En 1 clic