Décès de Gilbert Perrin, Maire honoraire de Passy

mairie_passy_hommage_gilbert_perrin.jpg

... Maire honoraire de Passy, Maire communiste de 1995 à 2001 devant le parvis de la mairie.Maire communiste de 1995 à 2001 devant le parvis de la mairie
Environ 700 personnes étaient présents dont Raphaël Castéra, Maire de Passy et Vice-Président de la Communauté de communes Pays du Mont-Blanc et le conseil municipal de Passy, Martial Saddier, Président du Département de la Haute-Savoie, Jean-Marc Peillex, Maire de Saint-Gervais-les-Bains et Vice-Président du Département, ainsi que les sapeurs-pompiers de Passy, les représentants des anciens combattants, du comité de jumelage et du parti communiste français.

mairie_passy_gilbertperrin.jpg

mairie_passy_gilbertperrin.jpg, par cdeker

" La diversité des hommes et des femmes présents aujourd’hui, montre que la personnalité de Gilbert Perrin rayonnait au-delà des sensibilités politiques. Personnage atypique, il savait mêler sympathie et fermeté dans ses prises de position, parfois dans des postures presque théâtrales. Tous ceux qui l’ont connu retiendront son humanité, sa joie de vivre et son sens de l’écoute. Véritable figure populaire, il restera un exemple de l’engagement politique, au nom d’un idéal collectif."  Raphaël Castéra a tenu à rendre hommage à son prédécesseur en ces termes avant de retracer sa vie publique.
Le parcours politique de Gilbert Perrin débuta en 1971. Il siégera ensuite 43 années au sein du conseil municipal de Passy, sans discontinuer jusqu’en 2014. Sa carrière fut ponctuée par des succès électoraux et des périodes tout aussi actives dans l’opposition. Élu pour la première fois sous le mandat de Georges Seure, il deviendra 1er adjoint de la majorité communiste menée par Albert Ala entre 1977 et 1983. Puis, après deux mandats dans l’opposition, il reprendra le flambeau en devenant le second maire communiste de Passy de 1995 à 2001. Son implication et son dévouement lui vaudront d’être nommé maire honoraire avec son ami mais néanmoins concurrent politique Yves Tissot.
En tant que maire, il a à son actif la relocalisation à Marlioz de l’Institut Médico Éducatif (IME) qui était à l’époque situé au Fayet, la préservation de l’aire d’atterrissage de parapente de Chedde menacé par un projet immobilier, la création de l’amphithéâtre au gymnase de Varens, l’aménagement touristique du lac de Passy ou encore l’agrandissement et la rénovation de la mairie. Mais c’est surtout avec la Ravoire que Gilbert Perrin réalisa une acquisition stratégique pour une destination publique. Ambitieux, Gilbert Perrin brigua d’autres mandats en tant que tête de liste pour le Front de gauche aux élections législatives de 2012, puis aux cantonales de 2015.Gilbert Perrin était omniprésent dans la vie Passerande. Très s’investi au sein de l’Association Nationale des Anciens Combattants et Amis de la Résistance (ANACR), il a contribué à entretenir la mémoire de la Résistance et de ses acteurs malgré la disparition de nombre d’entre eux.
Militant engagé, il était issu du monde syndical. Il deviendra l’un des responsables emblématiques de la CGT de Chedde. Secrétaire du Comité d’Entreprise, il sera un défenseur acharné des droits des travailleurs au sein de l’usine SERS, puis SGL Carbon.
Il a également été sapeur-pompier volontaire au corps communal de PASSY pendant sept ans, de mai 1968 à mai 1975 où il a terminé avec le grade de Caporal.
Sa proximité avec les ouvriers et ceux qui ont combattu pour les libertés individuelles, son expérience sur terrain l’ont ancré durablement dans la réalité du quotidien, les préoccupations de tout un chacun. Il a marqué durablement l’histoire de Passy.

En 1 clic