Campagne de dépistage du Radon 222

radon.jpg

A l'instar d'autres communes, Passy a procédé à un dépistage du radon 222, dans treize établissements recevant des enfants, conformément au décret n°2018-434 du 4 juin 2018. Cette campagne a été effectuée entre le 23 septembre 2019 et le 11 février 2020 par une société spécialisée, sélectionnée par la Communauté de communes Pays du Mont-Blanc (CCPM) dans le cadre d’un groupement de commande. Elle a abouti à un diagnostic précis. Raphaël Castéra, Maire de Passy et les services techniques municipaux ont déjà envisagé plusieurs actions correctives à réaliser très rapidement. Ces dernières seront au préalable soumises à un spécialiste de la question, qui agira en tant qu’assistant à maîtrise d’ouvrage.

Le radon 222 est un gaz incolore et inodore, présent naturellement dans certains sols. À Passy, il a pour origine le sous-sol composé de grès, de schiste noir, de granite et des couches du massif volcanique. Sa nocivité est liée à sa concentration et à la durée d’exposition de l’individu. Le radon peut se diffuser et s’accumuler à l’intérieur des bâtiments. Il s’infiltre par les fissures et les défauts d’étanchéité des interfaces sol/bâti. Une mauvaise aération peut accentuer le phénomène.

Sur les treize établissements contrôlés à Passy, seuls trois présentent des moyennes supérieures aux normes fixées : le multi-accueil « Passy P’tits », la micro-crèche « Les Éterlous » couplée avec le lieu de regroupement de la crèche familiale « Les Marmottons » et enfin l’extension de l’école élémentaire du plateau d’Assy.

Les « moyennes d’activité volumique » relevées dans l’extension de l’école élémentaire du plateau d’Assy, ainsi qu’aux « Éterlous » et aux « Marmottons »  n’ont rien d’alarmant. Elles se situent juste au-dessus du seuil fixé par le gouvernement soit 300 Bq/m3. Elles sont un peu plus élevées à « Passy P’tits », où l’ensemble des « zones homogènes » testées, à l’exception de la salle de repos, affiche une moyenne s’échelonnant en entre 437 et 807 Bq/m3. Cependant, le temps d’exposition réduit, le faible taux de concentration et le fait que les enfants ne sont pas fragilisés par la consommation de tabac, sont autant de facteurs rassurants.

Entre 300 et 1000 Bq/m3, seules des actions correctives sont préconisées dans un délai de 3 ans :

  • Ouvrir les fenêtres et supprimer les éventuels dysfonctionnements de la ventilation
  • Réaliser l’étanchéité de l’enveloppe du bâtiment en contact avec le terrain ainsi que des voies de transfert
  • Améliorer l’aération naturelle des soubassements

Les travaux à effectuer ont été déjà identifiés par les services techniques municipaux et seront exécutés le plus rapidement possible, bien avant le délai maximum.

Pour mémoire, le service municipal « Petite Enfance », qui gère « Passy P’tits », « Les Éterlous » et « Les Marmottons » s’est déjà inscrit dans une démarche de labellisation « Écolo crèche » : utilisation de produits ménagers et de couches bios, mobiliers et jouets sélectionnés pour leur innocuité, tri des déchets et mise en place de composteurs. Le service « Éducation/Jeunesse » applique les mêmes procédés.

 

En 1 clic